Tout sur MirrorLink

 

 

Pourquoi est-ce important ?

 

Les origines de MirrorLink proviennent d’un projet de recherche de la marque emblématique de téléphones, Nokia.

Bernd Steinke du centre de recherche Nokia en Allemagne a inventé le noBounds ! pour étudier si les smartphones pouvaient étendre leurs écrans à des écrans externes 1080p de plus haute résolution via une connexion USB ou LAN sans fil pour former un ” ordinateur mobile “.

Puis, les chercheurs du centre de recherche Nokia Jörg Brakensiek et Raja Bose, aux États-Unis, ont repris les résultats du projet et les ont appliqués aux écrans d’infodivertissement des voitures avec des résultats impressionnants – le tout à partir de tablettes Internet Linux Nokia N800 et N810 plutôt sous-puissantes.

Plus tard, Nokia s’est associé au groupe Consumer Electronics for Automotive (CE4A) pour former un concept, présenté à l’aide du Nokia N810 lors de la conférence IEEE Consumer Communications Networking 2009. Il a été baptisé ” Terminal Mode “.

 

La première intégration du Terminal Mode avec une voiture a été révélée au salon de l’automobile de Genève 2010 en utilisant un prototype de téléphone Nokia N97 et un concept car de Valmet Automotive. Quelques mois plus tard, il était intégré à une Volkswagen Passat.

Cette collaboration entre Nokia et CE4A a conduit à la formation du Car Connectivity Consortium. Il réunit tous les grands constructeurs automobiles et les entreprises technologiques afin de faire progresser les technologies mondiales pour des solutions de connectivité standardisées – notamment Toyota, Hyundai, BMW, Volkswagen, Rivian, avec Google, Apple, Samsung et bien d’autres encore.

Le mode terminal a été rebaptisé MirrorLink en 2011 et est devenu une marque déposée du Car Connectivity Consortium.

 

Récemment, la nouvelle fonction CarKey d’Apple a été annoncée dans le cadre du Car Connectivity Consortium pour permettre aux membres constructeurs automobiles d’employer la même norme de clé numérique mobile.

Le premier véhicule de grande diffusion à être équipé de MirrorLink a été la citadine Polo 2014 de Volkswagen, qui a bénéficié d’une nouvelle plateforme d’infodivertissement modulaire II (MIB de deuxième génération).

Localement, MirrorLink est arrivé dans la gamme de Volkswagen avec un rafraîchissement de l’année modèle 2016 – un rafraîchissement qui a également apporté Apple CarPlay et Android Auto.

Le MirrorLink sans fil a été introduit par Skoda outre-mer en 2016 – bien avant Apple et Google, qui commencent seulement à utiliser le miroir de smartphone sans câble aujourd’hui.

Ce qui a commencé comme un projet de recherche interne de Nokia a fini par amener le mirroring de smartphone sur le marché et établir un important consortium de technologie automobile.

 

Pourquoi a-t-il échoué ?

 

Alors que MirrorLink avait des applications majeures comme Spotify (via l’application RockScout), Parkopedia, Glympse et la navigation Sygic, il manquait sans doute les applications les plus fondamentales pour les écrans d’infodivertissement des voitures : Google Maps et Waze.

Il dispose également d’une commande vocale rudimentaire qui permet aux conducteurs d’envoyer des messages texte par dictée, mais ne peut pas égaler Siri d’Apple et l’Assistant Google dans la compréhension des entrées vocales naturelles.

 

Les smartphones qui prenaient en charge MirrorLink sont également relativement limités. 

Selon le site Web de MirrorLink, seule une poignée d’appareils (anciens pour la plupart) HTC, Fujitsu, Sony, Huawei, Motorola et Samsung fonctionnant avec le système d’exploitation Android sont compatibles.

Notamment, Samsung a constamment maintenu le support de MirrorLink dans ses appareils depuis le lancement des Galaxy S5 et Note 4 en 2014.

Toutefois, alors que MirrorLink était compatible avec la dernière gamme Samsung Galaxy S20, une mise à jour logicielle en juin a mis fin à son support – et sans doute la dernière bouée de sauvetage de MirrorLink.

Les utilisateurs Samsung existants peuvent toujours utiliser MirrorLink, bien que si l’appareil est réinitialisé, connecté à un nouveau véhicule, si les données de l’appli sont effacées ou si le micrologiciel de l’appareil est mis à jour, la compatibilité MirrorLink est perdue.

 

D’autre part, si 70 % des constructeurs automobiles et des fabricants de smartphones du monde entier ont rejoint le Car Connectivity Consortium, les véhicules pris en charge sont assez peu nombreux, eux aussi.

La plupart des modèles compatibles proviennent de marques européennes telles que Peugeot, Citroën, Smart, Mercedes-Benz, Seat, Skoda et Volkswagen, à l’exception de Suzuki, Honda, plus quelques systèmes de rechange Pioneer, Alpine et Sony.

Certains modèles d’outre-mer de Hyundai, Kia et Toyota ont également été équipés de MirrorLink par le passé.

En revanche, Android Auto câblé prend en charge tout téléphone fonctionnant sous Android 5.0 (Lollipop) ou plus tard – un système d’exploitation vieux de six ans – et se trouve sur plus de 500 modèles de véhicules dans le monde.

Ajoutant aux malheurs de MirrorLink, les consommateurs se sont intrinsèquement plaints des problèmes de connexion entre les téléphones et les systèmes d’infodivertissement ; souvent peu fiables.

Le Car Connectivity Consortium stipule quelques directives de conception pour les développeurs, notamment un texte minimal, aucune saisie de texte, la détection du mode parking, un contraste élevé, de grandes polices de caractères et des boutons géants.

Malgré cela, MirrorLink n’est pas esthétiquement bien conçu et présente des interfaces incohérentes, différant d’un véhicule à l’autre et d’un téléphone à l’autre, les constructeurs automobiles et les marques de technologie employant leurs propres conceptions sur des os open-source.

 

La prolifération d’Apple CarPlay et d’Android Auto de Google à partir de 2014 a fait entrer l’idée de projection de smartphone de MirrorLink dans le grand public – et l’a affinée.

Les deux entreprises technologiques de la Silicon Valley offrent une interface familière de type smartphone sur leurs systèmes. Les deux sont faciles à utiliser, toujours mis à jour, et ont une connexion plus fiable. 

C’est ainsi que CarPlay et Android Auto sont devenus avec succès une fonctionnalité tech essentielle dans les nouvelles voitures aujourd’hui.

MirrorLink n’a tout simplement pas réussi à obtenir le soutien et la traction qu’Apple et Google pourraient obtenir en tant que puissants conglomérats technologiques.

 

Est-il encore vivant aujourd’hui ?

 

MirrorLink est encore disponible aujourd’hui, bien qu’il soit sur une ligne de vie très mince et aléatoire.

Avec Samsung qui a abandonné le support le mois dernier, seuls certains téléphones Android plus anciens peuvent projeter MirrorLink, notamment la ligne Sony Xperia Z, LG G4, la gamme Huawei P10 et les séries HTC One et Desire’ – qui sont toutes abandonnées.

Toutefois, la flotte de véhicules du groupe Volkswagen (à l’exception d’Audi et Lamborghini), étonnamment, continue de supporter la technologie vieillissante MirrorLink.